Les Français dorment de moins en moins : ils dorment moins de 7 heures par nuit, soit moins de la durée minimale recommandée (chiffre de Santé publique France en 2019). Pourtant, le sommeil offre une multitude d’avantages : non seulement il permet au corps de récupérer, mais il prévient aussi bien des maux, physiologiques ou psychologiques. Les scientifiques sont unanimes : des nuits trop courtes débouchent souvent sur une prise de poids et des difficultés à maigrir. Faisons un point sur l’importance du sommeil pour la perte de poids.

Sommeil et perte de poids : que dit la science ?

Sommeil et perte de poidsCe sont les scientifiques britanniques qui nous ont révélé ces informations très intéressantes au sujet du sommeil et de la perte de poids. Plus exactement, c’est une marque de produits diététiques bien connue qui a mené une étude auprès de 1 000 Britanniques âgés de 18 à 65 ans, qui étaient à la diète. L’étude portait alors sur les rapports de chacun au sommeil, à l’alimentation et à l’hygiène de vie. Non seulement l’étude a démontré la conséquence du manque de sommeil sur la ligne, mais elle a aussi prouvé que les personnes qui dormaient bien accusent une perte de poids significative.

En 2009, des universitaires américains se sont eux aussi penchés sur le rôle du sommeil dans la prise de poids. Plus poussée, leur étude a permis de démontrer qu’un manque de sommeil crée un déséquilibre hormonal : les petits dormeurs possèdent un indice de masse corporelle plus élevé que celui des gros dormeurs. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène : les personnes qui dorment peu ont tendance à grignoter en raison d’une baisse de leur taux d’hormone de satiété. De son côté, l’hormone de faim (ghréline) est davantage sécrétée pour stimuler l’appétit entre les repas. Il en va de même pour le cortisol, l’hormone du stress, qui peut voir son taux augmenter à cause du manque de sommeil.

Pour éviter de prendre du poids, les scientifiques recommandent de dîner léger et de respecter des habitudes fixes (par exemple, dîner chaque jour à 19 heures), en laissant un créneau de deux heures entre la fin du repas et le coucher.

Autres études sur le sommeil et la perte de poids

La communauté scientifique a plusieurs fois pointé du doigt les conséquences désastreuses des problèmes de sommeil sur nos silhouettes. Depuis les études américaines et britanniques sur le manque de sommeil et le stockage des graisses, de nombreuses équipes scientifiques ont fait état de processus qui lient le manque de sommeil, les changements comportementaux et les fluctuations des hormones essentielles dans la régulation de notre poids (insuline, ghréline et leptine).

Des causes d’ordre comportemental

manque de sommeil prise de poidsLe manque de sommeil entraîne souvent des problèmes d’origine comportementale. En effet, les personnes qui dorment peu ressentent davantage de fatigue que les gros dormeurs, ce qui entraîne chez eux une baisse de l’activité physique. Cette chute de l’activité physique va à son tour diminuer l’utilisation des apports caloriques, conduisant ainsi à l’accumulation de graisses, notamment au niveau du ventre et des hanches.

Des changements sur les habitudes alimentaires

Une autre étude a montré une augmentation de l’envie de grignotage ainsi que la propension envers les aliments riches en graisses et en sucres, observée après une privation de sommeil. Or, c’est ce changement de comportement alimentaire qui entraîne la prise de poids, en favorisant la consommation d’aliments riches en substances malsaines. Ces grignotages se situent d’ailleurs en dehors des cycles de digestion, ce qui amène directement au stockage des aliments au niveau des cellules graisseuses.

Les fluctuations des hormones de régulation du poids

Enfin, les scientifiques ont aussi mis en évidence la conséquence du manque de sommeil sur la concentration des hormones essentielles dans la régulation du poids corporel. Il s’agit de la ghréline, l’hormone qui stimule l’appétit et favorise la production de graisse, ce qui conduit à une prise de poids. De son côté, le taux de leptine, une hormone qui inhibe l’appétit et stimule la dépense d’énergie, s’en trouve largement réduit. Ainsi, lorsqu’on dort peu, la concentration de ces deux hormones est déséquilibrée, ce qui provoque une augmentation de l’appétit, une réduction de l’activité physique, et entraîne ainsi une prise de poids.

Dormir dans l’obscurité total pour brûler plus de calories

Certains professionnels de santé soupçonnent les pollutions lumineuses d’entraver les processus métaboliques et la combustion des calories. Ainsi, si vous dormez dans une zone lumineuse, il convient de placer des rideaux d’obscurcissement dans votre chambre afin de maigrir tout en dormant. En effet, votre organisme doit être dans l’obscurité totale pour sécréter de la mélatonine, une hormone qui favorise un état de somnolence et aide à brûler les calories stockées dans les cellules adipeuses.